La tête
Le dos
Les membres innférieurs
 
 
 
 
 

La tête

lES OREILLES :
- Otite

Pour lutter contre les otites, il n’est pas rare d’avoir recours à l’ostéopathie. Plusieurs rapports montrent que les traitements ostéopathiques peuvent réduire jusqu’à 70% la fréquence des otites (Degenhardt, DO et Kuchera, DO., 2006 ; Roy, 2002), ce qui réduit ainsi  le recours aux antibiotiques. Dans de nombreux cas d’otites, les traitements avec recours aux antibiotiques sont controversés, car les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les infections virales.

L'ostéopathe s'intéresse alors à l’os temporal et permet l’évacuation des sécrétions de l’oreille. Il améliore aussi le drainage de la trompe d’Eustache, canal qui relie l’oreille moyenne à l’arrière du nez.

L’approche de la thérapie de l’ostéopathie pour lutter contre les otites, vise à accroître le potentiel du traitement de l’infection de l’oreille dès le premier épisode d’otite, afin de prévenir les rechutes et les complications pendant les mois ou années suivantes.

- Acouphènes

Les acouphènes sont souvent d’origine cervicale. En effet en cas de dysfonctionnement vertébral cervical, une partie des muscles à proximité vont être contractés. Ces spasmes musculaires vont à leur tour comprimer le paquet vasculo-nerveux (nerfs, artères, veines). C’est cette compression qui explique un bon nombre de désordres comme les vertiges, les migraines mais également les acouphènes.

L'ostéopathe va donc mettre en place :

  • Des manipulations structurelles : afin de lever les blocages articulaires cervicaux;

  • Une détente musculaire afin de diminuer les spasmes et ainsi libérer le paquet vasculo-nerveux;

  • Un traitement crânien efficace afin de redonner de la mobilité aux os du crâne et en particulier les temporaux (os qui abritent l’oreille moyenne avec les osselets, l’oreille interne, et le nerf auditif)

LES YEUX :
- Migraines

Le traitement ostéopathique sera essentiellement basé sur une des règles de base de l'ostéopathie : « La loi de l'artère est reine ».. En effet, les migraines sont généralement liées à un défaut de vascularisation crânienne. L'ostéopathe va donc faire en sorte de relancer la circulation au niveau des artères par différentes techniques.

Il peut s'agir :

  • d'ostéopathie crânienne avec une correction et un rééquilibrage du bassin ;

  • d'ostéopathie structurelle en travaillant sur les vertèbres (le plus souvent cervicales, mais également dorsales hautes, dans la région située entre les omoplates) qui peuvent empêcher la bonne vascularisation du crâne.

  • d'un travail viscéral :

    • au niveau des organes du petit bassin (organes génito-urinaires),

    • au niveau du foie : en médecine chinoise, le foie est lié aux yeux et il est frappant de constater que les migraines ophtalmiques sont souvent accompagnées d'une perte de mobilité hépatique.

- Sinusite

En mobilisant les os du crâne et du visage en lien avec les sinus, l’ostéopathie rend la mobilité physiologique de ces éléments. Le système de drainage des sinus est alors optimisé et la sinusite diminue ou disparaît. De plus, l’approche ostéopathique permet de stimuler le système immunitaire. Au long terme, le traitement ostéopathique permet une diminution significative des récidives de sinusite, et donc de la prise médicamenteuse.
Une sinusite chez un enfant ou un nourrisson doit amener à consulter un médecin en premier lieu. Dans un second temps, la finesse des manipulations ostéopathiques en fait une approche adaptée pour éviter les récidives, quand la cause est mécanique.

LA BOUCHE :
- Mâchoire/Dents
 

Le travail conjoint de l'ostéopathe et du dentiste est nécessaire pour mener à bien un traitement dentaire ou orthodontique, car ils travaillent de concert.

  • La posture dépend (en partie) de la bonne occlusion dentaire. Les ostéopathes posturologues peuvent facilement vous montrer qu'une simple feuille de papier à cigarette intercalée entre les deux mâchoires modifie complètement l'ensemble du tonus musculaire.

  • Il est donc fondamental d'assurer une surveillance régulière chez son ostéopathe en cas de travaux dentaires pour s'assurer que les traitements ne seront pas nuisibles.

  • Inversement, les ostéopathes doivent dans certains cas faire appel aux dentistes pour procéder à des travaux qui peuvent nuire au rétablissement complet d'un patient.

- Voix

Le traitement ostéopathique vient souvent compléter un traitement orthophonique qui vise à rééduquer les cordes vocales, mais aussi à relâcher, ou au contraire tonifier, la posture globale du patient.
En effet, la posture joue un rôle important dans la phonation. Il a été démontré que des changements de tonicité au niveau du corps, et notamment de la colonne vertébrale, pouvait créer des dysphonies, en particulier chez les personnes utilisant beaucoup leur voix : chanteurs, acteurs etc.

Un travail couplé entre orthophoniste et ostéopathe, mais aussi l’intervention dans certains cas d’un posturologue, permet une prise en charge optimale des dysphonies ou des dysphagies

- Paralysie/ Paralysie faciale

80 % des cas récupèrent spontanément en trois semaines, mais restent 20%. Pour ces cas l’ostéopathe, toujours après le diagnostic médical, va examiner le corps entier afin d’éliminer tout blocage concernant le crâne et le sacrum. Puis, dans le cas spécifique de la paralysie faciale, il accordera une attention particulière aux os temporaux et à l’occiput, qui sont les leviers de la tente du cervelet, puis à la mandibule et aux articulations temporo-mandibulaires, dont les décalages sont susceptibles d’étirer la région sous-mastoïdienne. Arriver à relâcher le verrouillage tridimensionnel entre ces trois pièces osseuses permettra de faire lâcher enfin la pression déclenchée initialement sur les veines labyrinthiques et stylo-mastoïdiennes. Une bonne mobilité entre les os temporaux et occiput et un calage correct de la mandibule seront les conditions physiologiques optimales pour voir involuer la pathologie.

Le dos

- Scoliose

L’ostéopathie joue un rôle fondamental dans la prévention. L’ostéopathe peut apporter d’excellents résultats sur une attitude scoliotique en travaillant notamment sur la posture et la mobilité vertébrale. La durée du traitement sera plus rapide chez un sujet jeune d’où la notion essentielle de prévention.
En ce qui concerne la scoliose idiopathique, la prise en charge est pluridisciplinaire. En effet, la déformation de la colonne étant présente, l’ostéopathe ne pourra pas la faire disparaître. Il apportera des soins en complément de la médecine. Son rôle est d’améliorer le confort de vie du patient en travaillant sur les déséquilibres causés par la scoliose, sur les conséquences de celle-ci. En effet la déformation vertébrale peut causer des troubles respiratoires, digestifs, des douleurs articulaires comme par exemple à un genou ou une épaule. C’est sur tous ces effets secondaires que l’ostéopathe a un rôle à jouer.

- Mal de dos

Le “mal de dos” (lombalgie, dorsalgie, cervicalgie) est la raison première d'une visite chez un ostéopathe. L’approche thérapeutique de ces affections par l’ostéopathie est différente par le concept et spécifique par les techniques utilisées.

Différente, car l’ostéopathe considère dans la majorité des cas ce symptôme comme la conséquence d’une suite adaptative plus ou moins complexe. Par exemple, une douleur dorsale peut être liée à des maux d’estomac ou à une dysfonction de la vésicule biliaire.

Spécifique, car l’ostéopathe utilise une gamme d’outils thérapeutiques allant de la manipulation vertébrale aux techniques viscérales et crâniennes.

- Perte d'équilibre/ vertige

L’ostéopathie est sans doute le traitement qui donne les meilleurs résultats dans le traitement des vertiges. Les vertiges, quelle que soit leur origine, sont très souvent améliorés par l’ostéopathie crânienne qui permet de réduire les tensions entre les os du crâne et favorise ainsi la circulation dans l’oreille interne. Son action sur les tensions cervicales et sur la nervosité a également un grand intérêt. L’ostéopathie crânienne favorise grandement l’action des médicaments homéopathiques.

- Mauvaise posture

La posture du patient est très importante dans la compréhension et le traitement du patient en ostéopathie. La science de la posture est appelée posturologie. L’ostéopathie participe au traitement de pathologies d’origine posturale touchant l’ensemble des structures de l’organisme. L’ostéopathie posturale s’adresse essentiellement aux patients qui souffrent de façon chronique. Il s’agit le plus souvent d’un traitement au long cours qui demande un suivi régulier pour être efficace durablement. En effet, si les résultats sont souvent immédiats, le suivi est indispensable pour éviter les récidives.

- Mal aux genoux

l’ostéopathe va évaluer la mobilité des différentes parties anatomiques qui forment le genou ainsi que le bassin. En tenant compte de la posture globale de la personne, il va entreprendre avec une diversité de techniques manuelles, un travail de relâchement des tensions entre les différents muscles et redonner de la mobilité aux structures liées de près ou de loin au genou et tenter de comprendre quelles sont les causes à la fois anatomiques responsables des douleurs mais également les causes externes pouvant favoriser les douleurs (positions au travail, sport, chaussage etc. ).

- Jambes lourdes

Pour limiter la prise médicamenteuse ou le port de bas de contention l’ostéopathie peut être une bonne solution.
L’ostéopathe va rechercher si des tensions ou des dysfonctionnements existent au niveau des différentes zones clés dans le drainage. Le traitement s’effectue majoritairement sur les membres inférieurs, le bassin, l’abdomen et le thorax grâce à des techniques viscérales, musculaires, articulaires et faciales. Le but étant de libérer tout l’axe de drainage afin de relancer la circulation.

- Bassin, sacrum, coccyx

Le propre de l'ostéopathie est d'avoir une vision globale du corps, c'est à dire que le traitement ne se limitera pas seulement à des techniques sur le coccyx mais également sur le bassin et la colonne lombaire. Toutes les manipulations sont employées en respectant la règle de la ''non douleur'' par voie externe. La réalisation de la technique reposera sur le diagnostic du dysfonctionnement initial tissulaire, articulaire, musculaire ou viscéral.

Au niveau du bassin, les techniques sont basées, entre autres, sur un relâchement musculaire du plancher périnéal, des tissus péri coccygien tels que les ligaments sacro tubéreux et sacro épineux.

A l'issu du traitement, l'ostéopathe renouvellera les tests actifs et passifs avec le patient afin de lui présenter le résultat de la consultation.

Les membres inferieurs

 
 
 
 
 
 
 
 
 

©Conception du site internet : U Vinu Sacru